HOUTIN

Houtin est artiste jardinier, botaniste, paysagiste et graveur. Il est connu pour ses paysages féeriques peuplés de vases enrubannés, de lianes et de racines, de temples en mousse et de palais de courges et de pétales qu’il décline à la pointe sèche, à l’eau-forte et au lavis d’encre de Chine, autant d’élucubrations végétales, architecturales et ornementales nées de son imagination fantaisiste et de son amour de la bizarrerie, de sa passion pour les topiaires et les labyrinthes de verdure, mais aussi de sa fascination pour les « créations » singulières des peintres et des graveurs du XVIIIème siècle ayant hanté les jardins de Rome pour en rapporter leurs paysages romantiques de ruines semés de tempietti, de folies et de tombeaux. Parti en Italie sur leurs traces, en 1985, il rapportera à son tour ses Fantaisies romaines. Fruits de longues promenades dans les jardins de la villa Adriana et de la villa Lante, les suites oniriques de Théâtres d’eau et de jardins de colonnes gravées à l’eau-forte lui vaudront, deux ans plus tard, la commande d’un décor peint à la tempera pour l’entrée d’un palazzo de la Via Cassia Antica à Rome.

Dans de somptueux lavis à l’encre de Chine peints sur grands rouleaux de toile ou sur papier, il fait le portrait d’arbres que la nature ou la fantaisie de l’artiste contraignent à des formes chimériques. Il y a de la géométrie, du théâtre, du mystère, de la féérie, dans l’art de Houtin où architecture et paysage se conjuguent. Héritier des plus grands paysagistes, ses œuvres interpellent notre mémoire : maniériste, baroque, utopique, classique, romantique, réaliste, fantastique ?

Les jardins désertés qu’il décline en noir et blanc (et depuis peu, en couleurs) évoquent immanquablement les paysages de ruines et autres fantaisies romaines meublées de fabriques à l’antique. Des jardins d’utopie ciselés avec une précision d’orfèvre, pouvant aussi évoquer quelques planches de botanique. Pourtant, quoi de commun entre les compositions romantiques des graveurs du Siècle des Lumières et des jardins imaginaires de François Houtin ? Si ce dernier avoue être fasciné par les extravagantes suites de vases et de tombeaux anthropomorphes gravés alors par Jean-Laurent Legeay ou par la singulière Mascarade à la grecque imaginée par Ennemond Petitot, les folies qu’il dessine ne sont pas faites de pierres mais d’un enchevêtrement de branches et de feuillage. Il n’a de cesse d’inventer les formes hybrides les plus alambiquées et ne forge que les plus fantasques métamorphoses.

Né le 25 août 1950 à Craon en Mayenne, depuis 1971, il vit et travaille à Paris. Après avoir été jardinier-paysagiste chez Jacques Bédat et Franz Baechler au début des années 1970, François Houtin s’initie à la gravure à Paris auprès de Jean Delpech. Il montre ses premiers travaux à partir de 1977. Par la suite, il réalise pour Hermès le décor de plusieurs carrés et en 2010, un service de table en faïence. Il a également peint des fresques murales, dont, toujours en 2010, le décor végétal monochrome du restaurant Artcurial au Rond-Point des Champs-Elysées à Paris.Il est abondammentreprésenté à la Bibliothèque Nationale à Paris, par le dépôt légal et complété par des achats de carnets de dessins, de monotypes, et de dessins préparatoires.

Instagram


@ graphics_corner

Suivez-nous sur Instagram

Retrouvez l’œuvre de Cédric Georges Legrand au 76 boulevard Saint Michel à Paris! #peinture #techniquemixte #art #Paris
Retrouvez l’œuvre de Cédric Georges Legrand au 76 boulevard Saint Michel à Paris! #peinture #techniquemixte #art #Paris
Retrouvez l’œuvre de Cédric Georges Legrand au 76 boulevard Saint Michel à Paris! #peinture #techniquemixte #art #Paris

Soyez tenu au courant !